Accueil > Historique > 1999

Le Maire veut un référendum en opposant police et gendarmerie....

Conseil Municipal du 28 janvier 1999 :Intervention des élus Socialistes et Communistes

En évoquant aujourd’hui les problèmes liés à la sécurité, nous touchons là du doigt une des principales préoccupations des Hautmontoises et des Hautmontois.

Ce mal empoisonne notre vie quotidienne : petite délinquance, dégradations, cambriolages et trafic de drogue.

Le manque d’effectifs au commissariat d’Hautmont, que nous avons dénoncé ensemble dans une motion, n’a pas arrangé la situation et a renforcé le sentiment d’insécurité.

Si la France recensait 500 000 faits délictueux par an dans les années soixante, on en compte aujourd’hui 3,5 millions annuellement dont 80% dans les 26 départements les plus urbanisés, notamment le nôtre.

Il est utile de souligner que les catégories sociales les plus modestes sont les plus touchées par ce phénomène et ce, sur fond de fracture sociale, parce qu’il est évident que la crise et le drame du chômage sont un terreau favorable au brouillage des repères essentiels.

Pour autant, il ne s’agit ni d’excuser les comportements déviants, ni de céder à la fatalité. Nous pensons qu’entre une dérive sécuritaire qui crée elle-même de l’insécurité et un laisser-aller sous prétexte de la crise, il y a une marge !

Le droit à la sécurité est une composante essentielle des Droits de l’Homme et du Citoyen ainsi qu’une aspiration légitime des Hautmontois.

Toutefois, nous ne croyons pas que le " tout répressif" prôné par la droite et l’extrême-droite réglera le problème. On ne doit pas séparer, ni opposer " prévention " et " répression". Une société civilisée ne peut pas vivre sans règles. Mais il convient de ne pas oublier que l’action principale est en amont, dans la lutte contre le chômage notamment.

Nous n’étions pas confrontés à ce fléau, il y a une trentaine d’années, lorsque Hautmont connaissait la prospérité.

Monsieur le Maire, vous nous proposez un référendum sur le choix entre Police nationale et gendarmerie.

Nous ne croyons pas à l’efficacité d’un tel scrutin

® D’abord parce que vous déjà eu recours à celui-ci en 1991, sur le même thème, et qu’il a prouvé son inutilité puisque le sentiment d’insécurité est toujours aussi fort aujourd’hui dans la population, sinon plus, et ce, malgré la mise en place d’une équipe de surveillance municipale.

® Ensuite parce que nous ne pensons pas qu’il faille opposer Police nationale et Gendarmerie : les deux ont leur utilité sur Hautmont et des champs de compétence bien définis.

Soulignons au passage que la sécurité relève de la compétence de l’Etat (qui a d’ailleurs gelé son projet devant le tollé général) et, qu’à ce titre votre consultation devient illégale et vous expose à des sanctions en cas de dépenses en découlant et imputées au budget communal. Cependant, convaincus de la légitimité d’aspirer à une vie plus sûre et plus digne dans notre ville, nous jugeons indispensable d’intervenir tous ensemble afin que cela devienne réalité.

Nous proposons une démarche citoyenne associant prévention, dissuasion et répression.

Nous soumettons donc à la réflexion du Conseil Municipal une série de propositions pour assurer la sécurité et améliorer la vie de tous les jours :

® Mise en place d’un Contrat Local de Sécurité entre la Mairie et l’Etat, comme cela existe déjà dans d’autres municipalités. Ce C.L.S. devrait permettre de mieux lutter contre la petite délinquance, la violence et la toxicomanie par une meilleure coordination de la Police nationale, de la Gendarmerie et de la Mairie ; en donnant des moyens humains et matériels supplémentaires aux établissements scolaires (créations de postes d’infirmières et d’assistantes sociales ; création d’assistants de vie scolaire recrutés en emplois-jeunes) en développant la consultation et la participation des habitants.

® Plus d’effectifs et de moyens au commissariat de police.

® Développer l’ilôtage dans les quartiers le jour ainsi qu’une surveillance assurée la nuit.

® Obligation que toutes les plaintes soient enregistrées et qu’elles aient une suite.

® Pas de délits ou actes de malveillance sans sanctions appropriées.

® Maintien de la Gendarmerie à Hautmont.

® Mise en place d’éducateurs et d’agents de médiation, notamment pour les mineurs qui traînent la nuit.

® Plus d’activités pour les jeunes avec un tarif abordable.

® Création d’Emplois-Jeunes à la Mairie aboutissant à l’embauche définitive.

Ces propositions ne sont pas à prendre ou à laisser ; elles sont à discuter au sein de notre assemblée.

Comme vous vous en doutez nos propositions n’ont même pas donné lieu à débat par contre encore une fois l’entente entre l’élu du Front National et J Wilmotte était évidente. Le but de ce référendum est encore une fois de broiller les cartes en laissant croire à nos concitoyens que des positions extremistes et illégales peuvent résoudre leurs problèmes de la vie quotidienne.

Ne nous laissons pas entraîner dans un tel débat mais faisons connître nos positions sur le sujet !!