Accueil > Actualité

Communiqué de presse sur l’arrété municipal du 2 sept 2014

Par un arrêté municipal le maire d’Hautmont refuse l’ouverture des écoles le mercredi matin, ce faisant il se met hors la loi à plusieurs titres :
- une fois les jours et horaires décidés par le DASEN (Directeur académique des services de l’Education Nationale) ils sont applicables et ont force de loi.
- en cas de désaccord sur l’application de la loi sur les nouveaux rythmes scolaires la municipalité ne peut refuser de mettre en place que ce qui est de sa compétence à savoir les activités périscolaires.

Au delà des débats qui doivent avoir lieu entre adultes on ne peut accepter que les enfants, leurs parents et les enseignants soient pris en otage :
-  Les enfants n’ont pas à subir les désaccords entre adultes et sont tenus à l’assiduité scolaire donc à respecter les horaires légaux.
-  Les enseignants doivent accueillir leurs élèves et ne sont responsables que devant leur hiérarchie de l’Education Nationale.
-  Les parents, mal informés par la municipalité, en réalité, pour ou contre la loi, n’ont pas le choix et doivent respecter l’obligation scolaire, de plus ils ne savent pas comment s’organiser et subissent pour leur part aussi la situation.

La loi de la République doit s’appliquer partout et pour tous de la même façon, cet arrêté illégal constitue donc une obstruction à l’obligation de scolarité des enfants : cela n’est pas acceptable !

En France depuis la réforme Darcos (2008) les enfants travaillent 6 heures par jour et 144 jours par an, la France était alors devenu le pays de l’OCDE où la journée d’école était la plus longue et l’année scolaire la plus condensée. A l’époque, les chrono-biologistes, qui s’intéressent aux rythmes les mieux adaptés aux apprentissages, s’insurgeaient de manière unanime contre la suppression du samedi matin. Aussi, si elle oblige à une réorganisation du quotidien dans beaucoup de familles, cette réforme, même impopulaire, est une bonne nouvelle pour nos enfants. Le maire d’Hautmont, qui est un homme averti, est conscient qu’en s’opposant à cette réforme il pénalise les apprentissages de nos enfants. Son entêtement nous apparaît donc totalement incompréhensible.